Le Petit Lemovice

Le budget com et la rue de châteauroux

Fouiné  sur rue89.com un très intérrèssant classement des villes qui dépensent le plus pour leur communication...vous savez que je geins a chaque fois sur le manque d'ambition en communication de notre bonne ville et la je découvre qu'elle dépense 122100 € par tranche de 10 000 habitants..

 

 

http://www.rue89.com/rue89-politique/2013/01/06/montpellier-metz-et-caen-au-top-des-villes-fond-la-com-238307

 

Limoges est très bien classée au niveau de l'importance de ses dépenses...je vois d'ailleurs sur le site que rue89 a du annuler son systeme de classement par dépenses pour mettre une liste alphabétique suite aux plaintes de certains élus....il serai bon que la Mairie publie le montant des attributions par poste (en tous les cas cela m'étonnerais qu'il y a une somme importante dans la comm externe comme le fait Montpellier ou Metz)...Metz qui avait une super  pub  décalée  dans le métro au même moment que notre pauvre affiche rouge annoncant qu'il y avait trois musées a Limoges !!!!

 

 

Troisième volet de la campagne « Je veux Metz » dans Actualité je-veux-metz-3

 

précédent

je-veux-metz-metropole-developpement-02-users-experientail

 

 

Vous étes prêts  ...voici The création :

 

 

sans commentaires !!!!!
PROJET RUE DE CHATEAUROUX
 
Encore une affaire dévoilée par l'association Rennaissance du Vieux Limoges, qui soit dit en passant se bouge dans tous les sens ...et devient une vraie association de vigilance sur le patrimoine contrairement a quelques années de cela ou elle était plutôt axée sur la recherche de notre passé même si elle a sauvée le quartier de la Boucherie en son temps !
Donc une opération immobiliere est en projet sur l'ancienne usine Lacaux rue de Chateauroux donc en centre ville avec une très jolie maison bourgeoise au milieu du terrain !
Il est toujours dommage de détruire de belles maisons comme cela...pour construire encore des appartements à moitié vides?
Il semblerai que la mairie voit dans ce projet le futur boom du quartier avec l'arrivée de la LGV ! A voir ses arguments ....mais pourquoi en faire un lieu de vie? un lieu culturel? une maison d'artiste?
En tous les cas la couverture médiatique est importante : France3, France Bleue....
Voici l'article du Popu ....

Un projet immobilier en lieu et place de l’ancienne usine Lacaux fait grincer les dents

Lu 408 fois

Installé dans le quartier depuis 1991, le couple a dû se plier à certaines contraintes lors de la rénovation de sa maison. - AZZOPARD Brigitte

Un immeuble dépassant les 20 mètres de haut, des lignes rectangulaires et des couleurs criardes, voilà le projet pour lequel la SCCV Saint-Exupéry a obtenu un permis de construire. Mais rue de Châteauroux, la pilule ne passe pas. Les habitants ne décolèrent pas.

C'est un panneau installé il y a à peine dix jours qui a mis le feu aux poudres. Il signe la condamnation à la démolition d'un des derniers vestiges du patrimoine industriel de la ville. Celle de l'ancienne propriété Lacaux Frères, comprenant notamment un magnifique logement patronal du XIX e siècle (voir ci-dessous). De la rue de Châteauroux, on ne voit que les ateliers de ce qui fut une distillerie, puis une usine de papeterie avant de devenir une cartonnerie. Si l'intérêt historique du site porté à l'inventaire général en 2003 ne fait aucun doute pour les amoureux du patrimoine (voir ci-contre), les habitants de la rue nourrissent d'autres griefs.

Installés depuis 1991 au n° 10, juste en face de la future construction, Anne et Patrick Loiseleux s'interrogent. « Rénover le quartier c'est très bien mais est-ce qu'il ne va pas y avoir des dégâts collatéraux ? Et puis, nous sommes en zone protégée ce qui nous a imposé un certain nombre de contraintes pour la rénovation de notre façade et le choix de nos volets – en bois ! » Ils ne sont pas les seuls à dénoncer ce qu'ils vivent comme une injustice. Un peu plus haut, Bertrand Mounier vient à peine d'achever la restauration d'un ensemble immobilier destiné à la location. Choix du crépi, des matériaux et des couleurs, il a dû lui aussi se plier aux "préconisations"…

Hauteur de l'immeuble. « C'est un projet énorme qui ne rentre pas dans le style des maisons de la rue, déplorent de concert Valérie Da Silva et Francis Lambert. En plus, les riverains n'ont pas été concertés… Notre préoccupation principale est la hauteur de l'immeuble. La nuisance est véritable : une partie de la rue ne verra plus le soleil. Sans parler du stationnement qui est déjà un problème dans le quartier ! »

 

Tous dénoncent « les incohérences » et avouent ne pas comprendre « l'attribution d'un permis de construire dans ces conditions ». Ils ne comptent pas en rester là et envisagent un recours auprès du tribunal administratif.

« Limoges n'est pas digne de son label »

 

Président de l'association Renaissance du Vieux Limoges (RVL)

D'abord, au vu du permis de construire, on a violé la loi ! La hauteur d'héberge ne serait pas respectée. Surtout on veut démolir une maison et un mur protégé par la ZPPAUP (*) et ce, contre l'avis défavorable de l'architecte des Bâtiments de France. Ce dernier a fait un recours en préfecture, mais comme au bout d'un mois, elle ne s'était pas prononcée… d'autres se sont assis dessus ! C'est bien trop grave. Là, RVL va tout droit en justice. Et puis, Limoges n'est pas digne de son label Art et Histoire. C'est une déclaration de guerre contre le patrimoine et la légalité. Cette fois, je vais alerter le ministère de la Culture et leur dire que la mairie se fout du patrimoine.

(*) La Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager de Limoges est une servitude d'utilité publique annexée au Plan local d'urbanisme.

Maryline Rogerie



15/01/2013
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres