Le Petit Lemovice

Feuilleton TGV

 

L'état remet en cause certaines lignes TGV en projet...quelques unes sont trés en danger comme le prolongement Marseille - Nice, cher avec peu de gain de temps et de gros problemes environnementaux ainsi que Lyon - Turin.

 

Poitiers - Limoges serait sur la sellette ! Monsieur Rodet et Jean Pierre Limousin de la chambre de commerce se disent très confiants ...Monsieur Denanot, qui fut pourtant assez résérvé sur le projet en son temps est monté au crénau devant l'état pour defendre le projet, arguant que c'etait le financement le moins cher de toutes les lignes envisagées...

 

Autre nouvelle : une ligne TGV  est envisagée pour désenclaver Périgueux qui se raccorderai à Coutras en Gironde mais le maire de Périgueux préconise un raccordement à Limoges à La lgv vers Poitiers et Paris car cette ligne lui semble plus naturelle et surtout moins chère !

 

Rêvons un peu : Limoges redeviendrais un noeud feroviaire important et de plus notre belle gare est assez grande pour absorber ce trafic TGV et ne pas a avoir à construire une gare à la campagne !

 

SUD OUEST le 11/07/2012

 

Ligne TGV Périgueux Paris via Limoges : le scénario se précise

Le comité de pilotage de modernisation de la ligne pour la desserte Périgueux-Paris par le TGV a validé hier l'option du transit par Limoges. Une nouvelle étape

Le TGV mettrait Périgueux à trois heures de Paris, sans changement.

Le TGV mettrait Périgueux à trois heures de Paris, sans changement. (archives émilie drouinaud/«so »)

 

Le TGV entrera-t-il en gare de Périgueux en 2020 ? Il est un peu tôt pour le dire tant la procédure s'annonce longue. Mais hier après-midi, une étape importante a été franchie. Se tenait en effet à la préfecture de la Dordogne une nouvelle réunion du comité de pilotage de la modernisation de la ligne pour la desserte Périgueux-Paris par le TGV.

Présidé par le préfet, le comité rassemble les représentants des deux régions, Aquitaine et Limousin, le département de la Dordogne, la Communauté d'agglomération périgourdine, la Ville de Périgueux, sans oublier les parlementaires.

Était bien sûr présent RFF, directement concerné. Initialement, sept scénarios étaient en balance. Hier, deux étaient encore en débat, RFF ayant marqué jusqu'ici sa préférence pour un transit via Coutras, là où le maire de Périgueux, Michel Moyrand, a toujours défendu le passage par Limoges. Les autres collectivités se sont rangées à ses côtés.

Quant au préfet, il a toujours affirmé son soutien pour tout projet d'infrastructure moderne et adaptée.

Quatre allers-retours par jour

Bref, hier, le scénario du TGV Périgueux-Paris via Limoges, sans changement de train, a été retenu. Plusieurs arguments ont plaidé en faveur de ce tracé, à commencer par le coût du billet et surtout des travaux, 176 millions d'euros (tout de même) contre 227 millions pour l'option par Coutras. Le voyage gagne en outre 7 minutes en rapidité pour un temps de trajet de 3 heures voire moins, contre 4h30 à 5 heures actuellement.

La fréquentation s'annonce également meilleure avec une tendance révélant une hausse proportionnelle au nombre d'allers- retours. Le choix hier s'est porté sur quatre allers-retours afin d'assurer une base initiale suffisante estimée à 20 000 passagers par an.

Quatre ans de chantier

Le dossier est loin d'être bouclé pour autant. RFF, qui a déjà beaucoup planché, doit mener des études complémentaires, plus techniques encore, sur les modalités de desserte, de décrochage de voitures en cours de trajet, etc. Dans le même temps, le préfet va élaborer une note d'enjeux qui pourrait être remise au ministre des Transports à l'automne pour qu'il valide ou non le projet. S'il est retenu, d'autres études portant sur les travaux nécessaires à la modernisation et à l'électrification des 99 kilomètres de la ligne devront être réalisées, RFF estimant la durée du chantier à quatre années.

L'objectif de ceux qui défendent, le dossier, à l'instar de Michel Moyrand, est de se raccorder au calendrier de la LGV Limoges-Poitiers dont l'enquête publique démarrera à la fin de cette année. Ce qui impliquerait de démarrer les travaux en 2016 pour une mise en service de la liaison Périgueux-Paris en TGV dès 2020. Si aucun déraillement n'intervient

 

 

FIGARO ECONOMIE LE 11/07/2012

 

 

    • L'État va renoncer à des projets de lignes TGV

       

      Dix projets seront réexaminés. Les liaisons Lyon-Turin, Nice-Marseille et Rennes-Brest sont sur la sellette.

      Après le temps des promesses, celui des réalités. Le ministre du Budget, Jérôme ­Cahuzac, a dit mercredi tout haut ce que les experts répètent à mi-voix depuis quelques mois au sujet des nouvelles lignes TGV: «L'État a prévu une multitude de projets sans avoir le début du commencement du moindre financement (…). Le gouvernement n'aura pas d'autre choix que de renoncer à certaines options.»

      Dans l'euphorie du Grenelle de l'environnement qui s'est tenu en 2007, les pouvoirs publics avaient envisagé d'ici à 2020 la construction de 14 lignes à grande vitesse, soit 2000 km. Un programme de 260 milliards d'investissement. Mais, en période de disette budgétaire, la France n'a plus les moyens de se payer autant d'infrastructures. Le gouvernement va donc devoir choisir les lignes auxquelles il renonce. Une mission composée de parlementaires et d'experts sera nommée prochainement pour classer les projets par ordre de priorité. Elle devrait rendre sa copie d'ici à la fin de l'année.

      Seule certitude, «les deux lignes en construction Tours-Bordeaux et Metz-Nancy, et les deux projets qui font l'objet d'un contrat signé, Le Mans-Rennes et le contournement Nîmes-Montpellier, ne seront pas remis en cause», souligne-t-on au ministère des Transports.

      En revanche, les lignes qui coûtent cher sans réduire significativement les temps de transport risquent d'être condamnées, comme le laissait entendre Jérôme Cahuzac. Tout comme celles dont les prévisions de trafic ne sont pas exponentielles et où il sera difficile de faire payer les billets assez cher.

      À cette aune, Nice-Marseille figure en tête au hit-parade des lignes menacées. «Le projet de l'ordre de 15 milliards d'euros est très cher, glisse un expert. Il n'y a pas de consensus sur le tracé et cela ne réduirait pas suffisamment la durée de trajet Paris-Nice pour gagner des parts de marché sur l'avion.» Autre ligne dans le viseur: Lyon-Turin. Son coût (12 milliards d'euros) est de nature à la disqualifier. De plus, la baisse du fret tombée à quatre millions de tonnes sur le trajet en 2011 contre onze millions de tonnes il y a près de vingt ans ne joue pas en faveur du projet.

      Confiance pour Toulouse

      La branche est de la ligne TGV Rhin-Rhône risque également de ne jamais être terminée. Car les 50 km manquants entre Dijon et Mulhouse coûteraient environ un milliard d'euros. «Et cela ne réduirait le temps de trajet que de dix minutes», souligne un expert. Enfin, le prolongement de la ligne TGV Paris-Bordeaux jusqu'à l'Espagne a du plomb dans l'aile, car elle coûte plusieurs milliards et suscite une opposition dans le Pays basque. «L'idée pourrait être d'arrêter la ligne à Mont-de-Marsan ou à Dax», confie un spécialiste. Pour les mêmes raisons de coût, le prolongement de ligne TGV après Rennes vers Quimper et Brest ou les liaisons Poitiers-Limoges pourraient être sur la sellette. En fait, pour connaître le détail des lignes annulées, tout dépendra du volume des économies exigées par le gouvernement. Une donnée inconnue à ce jour.

      Toutefois, quelques projets passeront à travers les gouttes. Ce devrait être le cas de la ligne TGV Bordeaux-Toulouse, qui mettra la Ville rose à 3 h 15 de Paris, contre plus de 5 heures aujourd'hui. «Le projet a du sens, car il permettra de faire l'aller-retour dans la journée en train», souligne un expert.

      Autre liaison qui ne devrait pas être remise en cause, la ligne CDG Express qui permettra de rejoindre l'aéroport de Roissy en vingt minutes en partant de la gare de l'Est à Paris. Tout cela en investissant un milliard. «Le projet est finançable car on pourra vendre le ticket 20 euros», estime un spécialiste.

       


18/07/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres