Le Petit Lemovice

Le nouveau Palais de Justice

Nicolas Michelin : "Il faut oser le sur-mesure"

Nicolas Michelin © Raphaël Demaret/REA

Site officiel :

http://anma.fr/actualites.aspx

 

L'architecte a été choisi pour le nouveau Palais de Justice de Limoges : il s'agit de Nicolas Michelin.

Il sera construit sur un terrain vague à l'angle de la place Winston Churchill et de la rue de la Mauvendière.

Ce lieu a fait polémique car se dresse une seule maison dite "la maison Faure" qui est un beau bâtiment avec des vitraux de Francis Chigot. Celle ci va etre détruite, Rennaissance du vieux Limoges c'est élevé contre cette destruction.

Il est vrai que l'on aurait peut pu au moins inclure la facade dans le nouveau bâtiment comme on le voit beaucoup maintenant et dont nous avons un exemple place des Carmes à l'ancienne gendarmerie.

Espérons que les vitraux soient conservés pour rejoindre le musée des Beaux Arts.

Bref, ce qui est interressant c'est qu'un architecte renommé est été choisi et va rejoindre les architectes "Star" dans leurs réalisations à Limoges comme Maximilio Fuksas ( Faculté de Droit), Pierre Riboulet ( BFM), Bernard Tschumi ( Zenith), Yves Bayard ( Ester) , éxepté que Nicolas Michelin n'est pas un inconnu à Limoges car il a concu l'école Nationale Supérieure d'art avec l'allemand Finn Geipel.

vue depuis la place Winston Churchill (maquette)

agence Nicolas Michelin et associés

 

le futur palais de justice vu depuis la rue de la 
Mauvendière ( maquette)

 

 

 

 

 

Vidéo sur Grance 3 Limousin sur le projet :

Limoges: la future cité judiciaire - ICI, la WebTV France 3 Limousin ...

 

Nicolas Michelin construira le palais de justice de Limoges (le Moniteur)

Anne-Sophie Pedegert | 29/11/2011 | 12:32 | Projets

Le cabinet Anma (Agence Nicolas Michelin et associés) vient d'être déclaré lauréat du concours d'architecture organisé par l'Agence publique pour l'immobilier de la justice (APIJ)
Nicolas Michelin réalisera le nouveau palais de justice de Limoges qui regroupera, à la Mauvendière, les tribunaux de grande instance, d'instance et de commerce. L'équipe lauréate du concours lancé en novembre 2010 est : l'agence Anma (mandataire), Batiserf, Deerns France, Peutz, Bureau Michel Forgue (économiste). Le projet est porté par l'Agence publique pour l'immobilier de la justice (Apij). Le jury vient de choisir, à partir de quatre candidatures présélectionnées (sur 89 reçues), le projet de Nicolas Michelin (lauréat aussi pour le projet Balard du ministère de la Défense et de la Maison de l'Ile-de-France à la cité universitaire). Cette procédure sera suivie d'un appel d'offres pour la réalisation des travaux (fin 2012) qui débuteront en 2013 pour permettre une mise en service du futur palais fin 2015.

 Projet sur le site de l'architecte :

 Jean-Baptiste Briqueler (Directeur de projet), Alice Perugini (Chef de projet Concours), Anne-Elodie Becamel, Juliette Chourrout, Marie Contard, David Cote, Melaine David, Emma Rigoulot avec Sophie-Laure Weill, Vivien Corre, Yann Ocre (paysage

Maitre d'ouvrage/Client 

APIJ

Site

Limoges [87]

Date

Juillet 2011

Surface

6 903 m² SHON

Montants travaux

14 M €

Intervenants

Deerns France (HQE)
BATISERF Ingénierie (Structure)
Bureau Michel FORGUE (Economiste)
PEUTZ & Associés (Acousticien)
The Nood (Perspectiviste)
Le Palais de Justice de Limoges marque de manière solennelle l’angle de la place Winston Churchill. Sa façade composée, blanche, cubique et ouverte sur la ville, exprime un lieu régalien, de pouvoir de l’état de droit, tout en affirmant les valeurs démocratiques et d’accueil. Le parvis d’entrée forme un volume pur il est abrité par la grande plaque blanche qui, comme un dais monumental, surplombe l’espace public. Les deux surfaces verticales, liées par le grand et fin porte-àfaux, laissent libre la vision sur la diagonale en arrivant depuis la place, et encadrent un fragment du ciel et la terrasse végétalisée : le Palais de Justice, monumental et stable, « s’ouvre » au public, en créant une connexion forte entre le vide de la place, le volume du parvis et la fenêtre sur le ciel. Le parvis donne accès directement à la salle des pas perdus. Celle-ci se déroule telle une longue galerie en double hauteur qui donne à voir en fond de perspective le jardin. Deux verrières et une bague optique scandent la progression et mettent en scène la lumière et le lointain tout en ponctuant les accès aux salles d’audiences. Une alternance d’ombre et de lumière s’installe ainsi sur la longueur de la galerie, produisant un effet kaléidoscopique qui théâtralise le cheminement.
Cette bague optique constituée de prismes cadre le paysage extérieur dans une fin de parcours magique. Cette percée visuelle qui traverse l’îlot de part en part est ponctuée de masses végétales, depuis la place publique en contrebas, les terrasses accessibles et le parc planté à l’arrière. Le plan général du palais est clair, fonctionnel et évolutif. Il répond au croisement des contraintes du programme, des vues et de la configuration de la parcelle. Il est issu des partitions des domaines qui relèvent du pénal et du civil, et respecte la séparation des lieux accessibles au public ou réservés au privé. Les salles d’audience sont distribuées par la galerie des pas perdus à rez-dechaussée.
L’accès des magistrats est sécurisé en périphérie. Les bureaux sont placés aux étages supérieurs, dans un corps de bâtiment en S posé sur la galerie.
Les façades nobles, emblématiques de l’institution de la Justice, sont rythmées par un dispositif de meneaux verticaux mis en vibration par une torsion progressive. Cette torsion est née de la volonté de protéger partiellement les surfaces vitrées de l’ensoleillement direct (en particulier aux étages supérieurs des bureaux) et en même temps de la volonté d’orienter le regard vers une vue privilégiée. Notamment sur la façade sud-est, côté prison, la surface gauche oriente le regard vers la Place Winston Churchill, en évitant la vue directe sur le mur carcéral. La matérialité poreuse et solide de ces éléments verticaux de façade emphatise, par contraste, le volume blanc et lisse du parvis. Le nouveau Palais de Justice se manifeste sur la rue de la Mauvendière à travers sa porte monumentale, en demeurant en même temps à l’échelle urbaine à laquelle il se réfère.

 

Nicolas Michelin, architecte urbaniste, né en 1955 à Paris, a créé l'agence ANMA à Paris en 2000, avec Michel Delplace et Cyril Trétout, après avoir été associé à Finn Geipel sous le nom de LABFAC dans les années 90.
Parallèlement à son activité d'architecte, il a également été directeur de l’Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles où il a installé le Centre d’art  « La Maréchalerie » de 2000 à 2009. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages. Il a été commissaire général de l'édition 2008 d'Agora, Alerte-biennale d'architecture, d'urbanisme et de design de Bordeaux, qui aborde les thèmes croisés de l'architecture, de l'urbanisme et de développement durable.
Il publie dans ce cadre «Alerte! Et si on pensait un peu plus à elle?».
En 2010, il conçoit et organise une manifestation de quatre jours présentant dix ans de travail de l'agence; une exposition éphémère ponctuée par 3 débats sur les thèmes de l'écologie, la ville et l'art contemporain. A cette occassion, paraît son dernier ouvrage, "Attitudes".
 

Nicolas Michelin, architecte militant (Telerama)

Le 4 août 2008 à 17h05

Ses bâtiments sont écolos, mais pas seulement. Nicolas Michelin plaide avant tout pour des constructions qui s'adaptent à leurs utilisateurs, largement ouvertes sur le monde qui les entoure.

             

L'architecte Nicolas Michelin sur le toit de son agence. - Photo : Pierre Emmanuel Rastoin pour Télérama

« Dans mes rêves, la nuit, je déambule à l'intérieur de mes plans. Bizarrement, il y a toujours un élément qui manque, un escalier qui ne mène nulle part, un cheminement qui se perd... » Parcourant le chantier enfin livré de la réhabilitation du Théâtre La Piscine, à Châtenay-Malabry, dans le 92 (1), l'architecte Nicolas Michelin, un grand brun de 53 ans, joue les rassurés : « Ici, tout concorde. » Normal. L'homme n'est pas du genre à laisser prise au hasard. Ni sur l'arrondi rassurant de la salle de spectacle, qui, du foyer, ressemble à un gros igloo ; ni pour la verrière de couleur qui jette sur les coursives ses nuances de bleu et de rouge ; ni même sur la petite jauge pour les musiques actuelles installée dans l'ancien pédiluve de mosaïque bleue... Méticuleux jusqu'aux poignées de porte et robinets, Nicolas Michelin est un architecte militant, créateur d'un concept qui constitue son idéal et sa marque de fabrique : la haute qualité d'usage (HQU).


Au-delà de la part de moquerie à l'égard de la très insatisfaisante « haute qualité environnementale » (HQE) dont se gargarisent ministre de l'Ecologie, promoteurs et architectes sans imagination, il y a là une bonne dose de bon sens. « Qui veut habiter une boîte étanche qui ne laisse passer ni la rumeur - lointaine - de la rue, ni l'existence - discrète - des voisins, ni la réalité - atténuée - du temps qu'il fait ? s'énerve-t-il face à ces constructions à la mode, plus isolées que des frigos. Ne rien entendre, ne rien sentir, c'est la mort ! » Voilà pourquoi, même dans ses tours de bureaux, les fenêtres s'ouvrent, le toit se fait terrasse, le jardin se partage ; et si, dans ses logements, la pièce à vivre est tournée vers la rue, la chambre à coucher, nid douillet, sera au calme. L'usage prime...

Son bâtiment idéal se présente ainsi : «Intégré au site,
il récupère l'eau de pluie, est léger et économe en matériaux,
n'a jamais recours à la climatisation, est ventilé
naturellement par l'ouverture des fenêtres. »


Après des années de vaches maigres où, associé à l'architecte allemand Finn Geipel, il produisait plus d'idées que de bâtiments, Nicolas Michelin connaît une phase très productive. On lui doit une aile de l'université Paris-VII installée dans la Halle aux farines à Paris, l'Agence de l'eau de Rouen, les projets du pôle universitaire Artem à Nancy et du quartier écolo Grand Large à Dunkerque...

Partout, Nicolas Michelin use du développement durable pour introduire de bonnes pratiques dans le secteur du bâtiment (« qui consomme plus de la moitié des énergies fossiles »). Théorisé en avril à la Biennale d'architecture de Bordeaux, dont il était le commissaire, son bâtiment idéal se présente ainsi : «Intégré au site, présent sans ostentation, il laisse sa place à la nature, récupère l'eau de pluie, est économe et utilise les forces ambiantes, notamment le solaire. Il est léger et économe en matériaux, n'a jamais recours à la climatisation, est ventilé naturellement par l'ouverture des fenêtres et offre des espaces interclimatiques de type serre ou véranda. Flexible, pas cher, spacieux, et il s'adapte à ses utilisateurs. » Nicolas Michelin conclut par : « Il est étrange et poétique. » Mais c'est là que le bât blesse. Ses bâtiments si bien conçus manquent d'un grain de folie. Le jour où il osera, Nicolas Michelin comptera parmi les plus grands.
 Luc Le Chatelier

Télérama n° 3055
Trouvé  sur un site un panel des réalisations architecturales à Limoges : Le petit Lemovice aime particulierement le lycée André Maurois : une couleur chaude, des lignes pures, la passerelle prolangant le profil éfilé du bâtiment ...une réussite!
http://archiguide.free.fr/PH/FRA/Lim/LimogesColAMauroisDuLan.jpg

LIMOGES

  ZAC de l'Hôtel de ville
 

campus Vanteaux

 
Les alentours to see around : Boisseuil    

 

centre européen de la céramique ceramic school 2009 J. Dubus rue Atlantis, Ester

bureaux CRBTP, Maison du bâtiment offices 2009 L. Arsène Henry, A. Triaud 2-6 all Duke Ellington (av Benoît Frachon), Ester

extension, restructuration conservatoire school of music 2008 Y. Brunel 9 rue Fitz James

Zénith concert hall 2007 B. Tschumi av Jean Monnet, carrefour de l'Europe, les Bois de Beaubreuil

pôle mère-enfant hospital building 2006 Groupe 6 CHU, angle corner av Dominique Larrey, rue du Doc Raymond Marcland

école de kinésithérapie school of kinesitherapy 2005 AEDIFICARE (A. Baulme, B. Rousseau) 2 all de la Cornue

CNASEA (Centre National pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles) agriculture hall 2003 H. Gaudin angle corner 2 rue du Maupas, bd Saint Maurice

extension, rénovation trésorerie générale tax hall 2001 O. Brochet, E. Lajus, C. Pueyo angle corner 31 rue Montmailler, rue Pierre Leroux

lycée Maryse Bastié high school 2000 Atelier 4 (R. Pestre, J.-M. Laplace) / Alter Studio rue Louis Armstrong

     apella.ac-limoges.fr/lyc-marysebastie-limoges/

réhabilitation, extension Collège André Maurois
secondary school
1999 E. Dubosc, M. Landowski 1 all André Maurois, bd de la Borie, l'Aurence
cliquez pour agrandir / click to enlarge

Spécialistes de la construction métallique, le duo Dubosc & Landowski applique ici leur technique déjà éprouvée sur le logement à la transformation d'un collège Pailleron. Il en résulte un grand insecte rouge anodisé qui enjambe le boulevard avec ses pattes métalliques et dont la carapace relie les bâtiments anciens et nouveaux pour un ensemble cohérent et démonstratif.
Specialists in the steel construction, the duet Dubosc & Landowski apply here their technique already tested to housing to the transformation of a Pailleron secondary school. It results from it a large anodic red insect which spans the boulevard with its metal legs and whose carapace connects the old and new buildings for a coherent and conclusive unit.

gare routière bus station 1998 Tétrarc rampe des Bénédictins

usine "Valéo" factory 1998 Arteo rue Barthélémy Thimonier, ZI nord

inspection académique school inspectorate 1997 P. Bolze, S. Rodriguez-Pagès av Martin Luther King

faculté de droit et sciences économiques facullty of law and economics 1996 M. Fuksas angle corner rue Imbert, rue Turgot

ENSIL engineering school 1996 Arcature / Atelier 4 (R. Pestre, J.-M. Laplace) 16 rue Atlantis, Ester

résidence universitaire de l’Aurence residence hall 1995 AEDIFICARE (A. Baulme, B. Rousseau) 24 av du Prsdt Vincent Auriol, bd de la Borie, l'Aurence

IRCOM (institut de recherches en communication optique et micro-ondes) institute 1989 P. Bolze, S. Rodriguez-Pagès123 av Albert Thomas, faculté de sciences

 

classique : gare des Bénédictins railway station 1908-1929 R. Gonthier rampe des Bénédictins

               ancien pavillon frigorifique 1919 R. Gonthier angle corner rue Rafilhoux, rue du Collège

 

 

ZAC DE L'HOTEL DE VILLE

haut de page top

faculté de droit et sciences économiques, bibliothèque universitaire - Forum facullty of law and economics, university library 2002 P. Bolze, S. Rodriguez-Pagès / N. Guénégou 5 rue Félix Eboué, rue des Récollets, rue François Mitterrand, rue Louis Longequeue

présidence de l'université university office 2001 X 33 rue François Mitterrand, av Baudin

BFM (Bibliothèque Francophone Multimédia) multimedia library 1998 P. Riboulet 2 rue Louis Longequeue, av Baudin, rue François Mitterrand

    www.bm-limoges.fr

 

 

CAMPUS VANTEAUX

haut de page top

extension faculté de lettres et sciences humaines university building 2005 Sextant Architecture

résidence universitaire Les Hauts de Vanteaux residence hall 1995 G. Maurios

ENAD (Ecole Nationale des Arts Décoratifs) art college 1994 Labfac (F. Geipel, N. Michelin) 19 av Martin Luther King

 

 

à voir également also to see : Le Bois aux créatures 1979-... P., F. Rapeau Abjat sur Baudiat, entre Limoges et Angoulême

 

 

site officiel de la ville de Limoges
official Limoges' city website

 

 

Les alentours to see around :

 

BOISSEUIL

haut de page top


magasin, centre d'élevage Alliance Pastorale livestock centre 2007 X rte de Toulouse, ZA La Plaine, bord by the A20

pôle de Lanaux (génoscope) livestock centre 1994 J. Nouvel D320

 

 



09/12/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres